Soyons impatients !

 

Première journée d’action avec une conférence de presse pour faire avancer les choses. Seule notre mobilisation ferme et efficace nous permettra de mettre fin à 15 ans de promesses et d’immobilisme.

Bel accueil des publics (piétons, automobilistes de Neuville, Albigny, Fontaine…) qui savent à quel point les transports compliquent leur quotidien.

Nous avons besoin d’une solution maintenant.

Mobilisons nous ensemble vendredi 20 au matin sur le marché de Neuville et samedi 21 au matin sur le marché de Trévoux.

Exigeons un transport en commun Lyon-Trévoux performant, vite !

Depuis 30 ans, les habitants du Val de Saône et du plateau nord attendent de vraies améliorations pour les déplacements entre Trévoux, Neuville et Lyon. Mais le trafic augmente, les bouchons s’amplifient, le temps gaspillé aussi, la pollution croit, tandis que les gaz à effet de serre asphyxient notre planète et changent son climat…

Notre vie quotidienne est perturbée, l’avenir de nos enfants menacé…Le Val de Saône et la Métropole sont engorgés !

Depuis plus de 15 ans, les études ont été multiples, et toutes les solutions de train (TER), du Bus à haut niveau de service (BHNS), de Tram Train ont été étudiées, en réutilisant la voie ferrée existante entre Sathonay et Trévoux. Le Tram Train avait été choisi par tous les partenaires.

En octobre 2015, la Région Rhône-Alpes, à l’unanimité, a voté pour le projet de tram train. Mais fin 2016, la nouvelle équipe régionale décidait de lancer une nouvelle étude, pour un BHNS, étude pourtant déjà faite en 2007…

Les résultats se font attendre, la région ne semble plus très pressée, la Métropole est tenue à l’écart…

Déjà deux ans de passés, de perdus depuis le vote de la Région. Les habitants du Val de Saône n’en peuvent plus et disent aux élus : ça suffit !

Nous exigeons des actes avec la mise en place rapidement d’un transport en commun en site propre (TCSP) pour garantir des déplacements sûrs, rapides, cadencés, non polluants… Vite, et donc pas dans cinq ans !

Alors Tram Train ou BHNS ? Région, Métropole, SYTRAL, Département de l’Ain, et communauté de communes Dombes Saône Vallée, mettez-vous autour de la table, écoutez les associations et …

Décidez ! Agissez ! SIGNEZ !                                                                              Pour un transport en commun en site propre Trévoux – Lyon

https://www.mesopinions.com/petition/politique/exigeons-transport-commun-lyon-trevoux-performant/34676

Habitants, élus du Val de Saône, signez et faîtes signer cette pétition, diffusez-la autour de vous, seule notre mobilisation forte fera bouger ces « grands » élus.

Assemblée Générale du 3 juillet 2017 « Le progrès »

Article du Progrés :

TRÉVOUX - TRANSPORTS 
Lyon-Trévoux : le bus est-il la solution ? 

Le Collectif transports Val de Saône (CTVS) poursuit son combat pour un transport collectif en site propre, utilisant la ligne ferroviaire désaffectée entre Lyon et Trévoux et s’interroge sur le projet de Bus à haut niveau de services (BHNS) de la Région Auvergne Rhône-Alpes. 
Après la présentation des rapports moral et financier, Michel Raymond, président du CTVS, a pris la parole en dressant tout d’abord l’historique des 25 années écoulées depuis la création du collectif. 
« Des améliorations ont été apportées notamment sur la desserte TER rive droite, ainsi que les dessertes des transports en commun lyonnais. Mais cela ne suffit pas, les routes restent engorgées aux heures de pointe, la fréquentation des trains rive droite ne cesse de croître (+3 %). Les alternatives à l’utilisation de la voiture sont insuffisantes. Le Val de Saône a la chance de disposer d’une ligne ferroviaire entre Sathonay (Rhône) et Trévoux, dont la réactivation permettrait de satisfaire en grande partie les besoins de déplacement. » 
Six études ont déjà été menées pour plus de 600 000 €, dont les dernières en 2004 et en 2007. Le président du CTVS poursuit : « En octobre 2015, la Région s’est engagée à l’unanimité sur le projet tram-train avec l’engagement de le financer à hauteur de 50 % et un calendrier pour une ouverture en 2022. Ce projet a été adopté à une large majorité, dans le cadre du Contrat de plan État Région (CPER). Le changement de majorité régionale a entraîné une nouvelle orientation. La Région a décidé de lancer une nouvelle étude sur une hypothèse de bus à haut niveau de service, la Métropole ne s’engageant pas. » 
Le collectif veut être associé au projet 

Le collectif prend acte de cet engagement mais il demande à être associé à ce projet, qui suscite des interrogations sur le fret ferroviaire, la fréquence, la capacité et le coût d’investissement. 
Invité par le CTVS, François Rambaud, retraité en charge du BHNS au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), a présenté sans prendre parti, les avantages et les limites de ces bus. Ceux-ci assurent un niveau de service continu : fréquence, régularité, confort, accessibilité. Ils s’approchent des performances des tramways, mais ne permettent pas la possibilité de fret. 
« Retenons que l’infrastructure est l’élément essentiel du projet, qu’il ne faut pas sous-évaluer le potentiel voyageur (6 400 par jour en 2012). Viennent ensuite le matériel roulant et le mode d’exploitation », a conclu l’invité. 
« Sans attendre les conclusions de l’étude prévue fin 2017, nous saisirons la Région pour obtenir un comité de pilotage », a promis Michel Raymond. 

Déclassement A6 A7…. l’impact !?

Metropole Lyon Article- Déclassement A6 A7 et après

Les aménagements et services prévus sont-ils adaptés et suffisants ? La décision prise tient-elle compte des répercussions sur le traffic du détournement ? Quels seront les impacts à courts et moyens termes de cette décision pour le val de Saône sud ?

Des questions se posent et nous restons vigilants.

DARLY RM Avril 2017

Pour se Déplacer Autrement en Région LYonnaise

  ASSEMBLEE GENERALE DU 5 AVRIL 2017

 Rapport Moral

Cette année, et celles qui suivront, après la participation de nos associations pour élaborer le Plan de Déplacement Urbain aux côtés du SYTRAL, le dit PDU, malgré des imperfections, pourra être le fil conducteur de nos actions et de notre vigilance sur les décisions que prendront Elus et techniciens en matière de déplacements.

Le défi lancé au PDU de l’agglomération lyonnaise est d’assurer un équilibre durable entre les besoins en matière de mobilité, de facilité d’accès, d’équité et de cohésion sociale d’une part,

et les préoccupations liées au cadre de vie, à la protection de l’environnement et à la santé publique d’autre part.

Ce défi est traduit dans les objectifs-­cibles fixés par le PDU.

Ces objectifs :

– ciblent le résultat à atteindre, pour donner du sens aux actions qui seront mises en œuvre ;

– ne préjugent pas en revanche des moyens à mettre en place pour atteindre ce résultat ;

– peuvent être soit quantitatifs soit qualitatifs, tout en devant rester évaluables ;

– constitueront le cadre de référence pour évaluer la portée des actions mises en place conformément aux orientations du PDU.

La pollution atmosphérique liée au trafic automobile, les risques sanitaires engendrés pour les populations habitant ou travaillant dans l’agglomération, sont préoccupants. La stratégie du PDU est de renforcer l’effort en matière d’amélioration de la qualité de l’air.

La politique de mobilité et les actions du PDU viseront à réduire le trafic automobile et accroître l’usage des modes alternatifs, dans une ville des courtes distances voulue par les SCoT.

Le projet de PDU (248 pages) voté par le SYTRAL le 9 décembre est consultable sur son site internet , au bas de la page qui s’ouvre en cliquant sur le lien suivant

http://www.sytral.fr/157-plan-deplacements-urbains.htm >

http://www.sytral.fr/157-plan-deplacements-urbains.htm#tabsSousOnglet-498 >

Même s’il y est fait allusion aux autoroutes que nous combattons (on peut penser qu’elles seront toujours mentionnées), il apparaît que les pistes les plus « vertueuses » sont tout de même privilégiées, en matière de modes actifs et de transports en commun.

La question qui se pose et se posera de plus en plus crucialement est celle de la capacité du système de mobilité actuel à assurer des déplacements dans les territoires de faible densité.

Ce système sera inéluctablement remis en question, en raison de législations plus contraignantes à l’égard de la voiture pour atteindre les objectifs en matière de rejets de GES et de consommation des énergies fossiles fixées aux échelles nationales et internationales.

Et plus encore, en conséquence de la raréfaction des énergies fossiles, qui se traduira par un renchérissements des carburants et une augmentation forte du budget mobilité des ménages.

Rappelons que ce budget mobilité atteint dans certains secteurs de grande périphérie des montants proches de 10 000 euros par ménage, dépassant le quart de leurs ressources.

Mais aussi que chaque abonné TER en province est en moyenne subventionné à raison de plus de 7800 euros par an, du fait d’une incapacité de notre transporteur ferroviaire national à rationnaliser ses coûts de production.

Face à ces deux « modèles insoutenables », les Autorités (dont le SYTRAL du fait de son champ d’action élargi à l’ensemble du Rhône) vont se trouver confrontés à des problèmes très complexes.

Et de notre part, nous les citoyens associatifs, nous devrons nous tenir au courant pour être à même d’indiquer et soutenir les solutions qui nous paraîtront les plus adaptées.

Merci de votre attention                                                                                                                                          Bernard GIRARD                                                                                                                                   Orésident

Coordination d’associations affiliée à la FNAUT et à FNE

Courrier à adresser : B. Girard, 35 Rue Molière 6900 Lyon

Tél./ 04 78 52 51 00, et Tél.04 78 56 34 82 

(Siège social à la Maison de l’Environnement, 14 Av. Tony Garnier 69007 LYON)

E-mail= darly@orange.fr ; Site= www.darly.org

Un peu d’histoire….

Les AMIS du CTVS ont été créés en 1991 sous forme d’association déclarée. Mais c’est en octobre 1989 que le COLLECTF TRANSPORTS DU VAL DE SAONE a été créé sous ce nom. Il réunissait alors des associations dont la FCPE, des syndicats, des associations caritatives ou de défense des familles et des partis politiques.

C’est sous ce nom qu’a été faite une inauguration symbolique de la voie avec un train et trois wagons voyageurs.

L’urgence d’un transport collectif performant Lyon Trevoux

Communiqué de presse


Le CTVS, après l’épisode de pollution que vient de connaître l’agglomération lyonnaise, tient à rappeler la nécessité et l’urgence d’un transport en commun en site propre (TCSP) pour le Val de Saône, répondant aux besoins des 100 000 habitants concernés.

Pollution et santé, temps gaspillé dans les embouteillages et sécurité, lutte contre les gaz à effet de serre et les changements climatiques, qualité de la vie et de la ville... tout concourt à la réalisation d’un projet de transport collectif performant, sur le tracé de la voie ferrée Trévoux Lyon aujourd’hui désaffectée.
Continuer la lecture de « L’urgence d’un transport collectif performant Lyon Trevoux »